Shakespeare : son art et sa Tempête par Ion Omesco

Shakespeare : son art et sa Tempête

Titre de livre: Shakespeare : son art et sa Tempête

Éditeur: Presses universitaires de France (réédition numérique FeniXX)

Auteur: Ion Omesco


* You need to enable Javascript in order to proceed through the registration flow.

Primary: Shakespeare : son art et sa Tempête.pdf - 43,330 KB/Sec

Mirror [#1]: Shakespeare : son art et sa Tempête.pdf - 40,505 KB/Sec

Mirror [#2]: Shakespeare : son art et sa Tempête.pdf - 22,733 KB/Sec

Ion Omesco avec Shakespeare : son art et sa Tempête

Épuisé, ballotté entre le néant et la prière, Prospéro, suivi par les autres personnages, gagne la cave dont les parois s'écartent lentement. Les revoilà, à l'intérieur. Bien changés. Prospéro a grandi, son masque amplifie sa tête. Le roi Alonso et sa suite ont rapetissé. Cependant, le prince et sa princesse continuent la partie d'échecs interrompue. Tirant les ficelles au-dessus d'eux, les doigts du magicien leur impriment des mouvements saccadés. Tout en haut une main, comme elle est grande ! — fait bouger celles de Prospéro. La Tempête, telle qu'en elle-même : une pièce métaphysique sur l'apparence et la réalité, qui échangent leurs rôles d'un niveau à l'autre, indéfiniment ; sur la terrible providence et l'introuvable liberté. Une tempête qui en cache d'autres.

Livres connexes

Épuisé, ballotté entre le néant et la prière, Prospéro, suivi par les autres personnages, gagne la cave dont les parois s'écartent lentement. Les revoilà, à l'intérieur. Bien changés. Prospéro a grandi, son masque amplifie sa tête. Le roi Alonso et sa suite ont rapetissé. Cependant, le prince et sa princesse continuent la partie d'échecs interrompue. Tirant les ficelles au-dessus d'eux, les doigts du magicien leur impriment des mouvements saccadés. Tout en haut une main, comme elle est grande ! — fait bouger celles de Prospéro. La Tempête, telle qu'en elle-même : une pièce métaphysique sur l'apparence et la réalité, qui échangent leurs rôles d'un niveau à l'autre, indéfiniment ; sur la terrible providence et l'introuvable liberté. Une tempête qui en cache d'autres.Épuisé, ballotté entre le néant et la prière, Prospéro, suivi par les autres personnages, gagne la cave dont les parois s'écartent lentement. Les revoilà, à l'intérieur. Bien changés. Prospéro a grandi, son masque amplifie sa tête. Le roi Alonso et sa suite ont rapetissé. Cependant, le prince et sa princesse continuent la partie d'échecs interrompue. Tirant les ficelles au-dessus d'eux, les doigts du magicien leur impriment des mouvements saccadés. Tout en haut une main, comme elle est grande ! — fait bouger celles de Prospéro. La Tempête, telle qu'en elle-même : une pièce métaphysique sur l'apparence et la réalité, qui échangent leurs rôles d'un niveau à l'autre, indéfiniment ; sur la terrible providence et l'introuvable liberté. Une tempête qui en cache d'autres.